Sélectionner la page

Le CES à l’ère des services connectés !

La 50ème édition du CES à Las Vegas valait le déplacement en matière de services connectés : pas un stand qui ne présente des objets ou services associés à une application
« connectée » : thermomètres, lunettes, biberons, bikinis, brosse à cheveux… Les startups rivalisent d’inventivité pour améliorer notre quotidien !

Toutes ces innovations étaient présentées à l’Hôtel Venitians (Sands Expo et Eureka Park), en marge du Centre de Convention qui était focalisé sur les produits grands publics et… sur les véhicules connectés.

Sélectionnée pour le projet Jardigital de « jardin connecté », Roseraie Concept accompagnait la délégation Eurotechnologies, soutenue par la région Hauts-de-France, avec une dizaine d’entreprises porteuses de projets innovants. Notre ambition est de développer un espace de démonstration des usages du digital pour les amateurs et professionnels de parcs et de jardins, qui seront bientôt « connectés » eux aussi. Nous avons identifié une large variété d’usages possibles du digital au jardin, et nous désirons donner la parole aux communautés d’experts et de passionnés pour donner du sens à l’innovation, autrement dit pour que l’offre rejoigne les besoins et stimule le développement des usages. Ces solutions vont être mises en scène à la Roseraie avec nos partenaires et commentées au sein du Forum Jardigital (blog en création) pour partager les expériences et imaginer les futurs services utiles aux amateurs de parcs et jardins. Le projet Jardigital sera officiellement lancé en avril 2017.

Voici nos observations sur le CES décryptées sous l’angle de Jardigital : Cette année, le CES regroupait les nouveaux services par plateformes dans le hall d’exposition Sands : Smart Home (domotique), Fitness, Wearable, Impression 3D, Santé et Robotique. Bien que des centaines de solutions soient exposées, il est bien difficile de trouver au CES des applications digitales vraiment adaptées au monde du jardin… On y trouve principalement des objets issus de la domotique, tels que la station météo de NetAtmo (présents au CES avec le groupe Legrand), ou de la robotique, avec les nouveaux conseillers humanoïdes.

Et pour le jardin connecté, que pouvions nous trouver à Las Vegas ?  
De nombreuses opportunités de services basés sur :

  • les balises permettant de retrouver les objets perdus, comme un sécateur ;
  • les objets créés à la demande avec des imprimantes 3D, pour des pièces détachées ou la décoration ;
  • les expériences immersives avec des masques électroniques et des caméras capables de filmer en 360° ou en 3D ;
  • les capteurs de qualité de l’air et du climat ;
  • le marquage électronique et la traçabilité des plantes et des produits utilisés ;
  • les réseaux bas débit pour connecter les capteurs et exploiter les données mutualisées ;
  • la Blockchain pour indexer des données collectées de manière infalsifiable…

Il ressort aussi du CES, par rapport à toutes les plateformes présentées, une grande hétérogénéité des applications de gestion des services : chacun imagine que l’utilisateur chargera une application mobile pour exploiter le service qui lui est proposé. Face à une telle déferlante d’applications de gestion, deux entreprises (françaises) ont compris ces enjeux et proposent un système « universel » de pilotage des services connectés :

  • La Poste présente un bouquet de services sur l’internet des objets, adapté au domicile.
  • Et, pour le jardin, c’est Leroy Merlin qui est le plus en pointe avec l’application ENKI, visant à connecter tous les dispositifs « smart home » sur une seule plateforme mobile.

Nous nous sommes aussi entretenus avec Octave Klaba, fondateur et président d’OVH, la nouvelle licorne française, numéro 3 mondial des services hébergés. Selon lui, le mobile, l’internet des objets (IOT) et l’exploitation des big datas seront au centre des services de demain. OVH est engagé dans le développement international de ses data centers pour opérer des services « Cloud » performants et hautement sécurisés, partout et tout le temps.

img_5306Le CES aura aussi rassuré les français sur leur capacité à innover. La présence des startups françaises à Eureka Park, portées par la French Tech, les Pôles de Compétitivité et quelques grandes entreprises comme La Poste ou Engie, était très stimulante et il y avait tout autant de visiteurs français pour les rencontrer, au point que le français était manifestement la seconde langue employée sur Eureka Park (mais pas au Centre de Convention où la seconde langue était le chinois). Nous avons rencontré plusieurs partenaires français pour le projet Jardigital, dont plusieurs sont installés en région Hauts-de-France.

Comme quoi, à Las Vegas, tout est possible !

À propos de l'auteur

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SCOOP IT

Vidéos récentes

Chargement...